Notre pouvoir d’autoguérison quantique

spiraleOn parle aujourd’hui de plus en plus de notre pouvoir d’autoguérison et je ne vais pas prétendre  en connaître le mode d’emploi malheureusement. Pourtant, à force de chercher et d’expérimenter, j’ai quand même pu me faire une petite idée sur la question. Et une chose est certaine, ce n’est pas la pensée qui guérit, c’est bien plus complexe que ça. Je vous partage ici mes observations.

La première des choses que je j’ai compris, c’est que la maladie, la souffrance, la douleur ne sont que les messagers de notre chemin de vie. Pour plus d’infos sur le sujet, c’est ici. Elles ont un sens, elles ne sont pas là juste pour nous embêter. Et très important à savoir, elles ne sont pas nous et ne font pas partie de nous. Nous ne sommes pas ce corps que nous pensons habiter. Ce corps qui nous permet d’expérimenter la vie matérielle par ses pensées, des sensations, ses émotions, ses douleurs, ses maladies, ses souffrances. Je dirais plutôt que ce corps nous habite. Il habite ce que nous sommes : pure énergie vibratoire.

NOUS SOMMES CONSCIENCE

Une conscience capteuse et redistributrice d’informations. Car qui est conscient de son corps, de ses sensations, de ses expériences, de ses pensées ? La conscience. Nous sommes pure conscience. Ces infos nous les attirons ou les repoussons, y accédons ou pas suivant notre état d’être global. Pour accéder à ces infos, nous devons utiliser tout ce qui fait partie de nous dans cette vie matérielle. Car notre conscience incarnée provisoirement dans ce corps matériel limité, a besoin d’aide pour communiquer, pour rayonner, pour nous apprendre, pour se relier.

Je me perçois parfois comme une entité divine ou plutôt comme faisant partie d’un Grand Tout. Un petit morceau de Dieu (ou de l’Univers si ce mot vous pose un problème) en quelques sortes. Et chacun d’entre nous, chaque particule de matière, chaque onde vibratoire est un petit morceau de l’Univers. La somme de tous ces morceaux créent l’Univers Parfait. C’est pour ça que rien ne peut exister sans union. Chaque entité est utile et même indispensable au fonctionnement de l’univers. On dit que l’union fait la force et c’est bien une réalité. Sans union nous ne pouvons créer que le chaos. En même temps ce n’est pas grave car tout ce qui est à une raison d’être et tout mène à l’harmonie au final. En nous désunissant nous ne faisons que nous créer notre souffrance mais nous ne détruisons rien car rien ne se détruit, tout se transforme, se renouvelle, renaît. Bon, c’est certain parfois ces transformations ne se passent pas vraiment dans la douceur et ça fait mal. L’humain est un grand spécialiste de la désunion d’ailleurs (vous savez, les étiquettes, les petites boîtes, les classifications, la compétition, le racisme…) un grand specialiste de la souffrance.

LA GUERISON : UN ALIGNEMENT DE SON INCARNATION A SA CONSCIENCE

Pour en revenir à la guérison de notre incarnation matiérée (notre corps, notre mental), je crois il faut partir du principe que notre entité Conscience n’est pas malade. Et c’est elle qu’il faut aller chercher si nous voulons guérir son incarnation.

C’est pour ça que je pense que la guérison ne peut passer que par la reliance à l’énergie vibratoire parfaite qu’est notre conscience reliée au Grand Tout. La guérison passe par la spiritualité qui est la conscience. L’ouverture au Savoir Universel.

C’est aussi pour ça que l’on dit en accompagnement holistique que la maladie, la souffrance, la douleur et même nos expériences de vies les plus diverses ne sont que des messagères de notre conscience qui voit bien que notre mental fait le sourd. Elles sont là uniquement pour nous montrer le chemin : Le chemin de la non douleur, de la non souffrance, et de l’harmonie globale : le paradis quoi !

Nos sensations et émotions désagréables, sont comme des signaux d’alarmes émis par la conscience en réaction à des comportements inadaptés à l’optimisation de vie. Parce que la conscience, elle a envie d’expérimenter la vie incarnée le plus longtemps possible. C’est un peu pour ça qu’elle s’est incarnée après tout. Et qui provoque cette inadaptation à l’optimisation de la vie ? je vous le donne en mille, le mental ou l’égo bien sûr ! Si vous voulez plus de détail sur cet empêcheur de tourner en rond c’est ici. Ces signaux de la conscience relayés par le corps nous disent : «attention ça brûle », « ne mange pas ça, c’est indigeste », « bouge ton corps ça fait du bien », « ce métier ne te convient pas, il te stress, te fait mal au dos », « prends  plus de repos, tu es fatigué »… Ce sont des balises informatives. Et l’information n’est rien d’autre que de l’énergie. L’énergie vibratoire du Savoir Universel.

Lorsque tu écoutes le message sensoriel et émotionnel et que tu en tiens compte, la maladie n’a pas besoin de se déclencher.

Les émotions et les sensations sont les premières balises. Si on ne les écoute pas, si on les fait taire à coup de dénie, de « je n’ai pas le choix, il faut que je serre les dents » de « je n’ai pas le droit ou le temps d’être fatigué », de « c’est de la faute des autres, de la société, du gouvernement, de ma femme, de mon mari… » ; on passe à coté du premier message, le plus doux. Et une information plus visible, plus douloureuse arrive pour nous prévenir une deuxième fois (ou une 3e, 4e, 5e…). L’information plus visible se donne sous forme de maladie physique et/ou psychologique ou de situations inconfortables voire très inconfortables. Lorsqu’on n’en tient pas compte on finit par en mourir. En tout cas, notre incarnation matiérée finit par abandonner la partie pour retrouver son essence divine, la conscience. Nous retournons à la source. Alors je me dit que la maladie est aussi un choix qui nous permet de retrouver la paix au final, mais au prix de beaucoup de souffrance de notre incarnation.

Et Je crois qu’il y a d’autres choix que de souffrir pour arriver à nous relier à la paix de notre conscience divine. Car il s’agit bien réellement d’un choix.

Et là je rentre dans le vif du sujet. Comment faire pour guérir ?

GUERIR EST UN CHOIX

1- LA GUERISON de notre incarnation ne peut passer que par le CHOIX DE GUERIR. Certaines personnes ne font pas ce choix là parce que la maladie leur apporte une sorte de confort. Le confort de la victime impuissante qui ne peut rien faire et qui tourne vers l’extérieur toute la responsabilité de sa maladie et de sa guérison. Mais on ne peut pas guérir de cette manière là. Aucun médecin, thérapeute, guérisseur, aussi compétent et investi soit-il ne peut guérir une personne si elle n’entre pas elle même dans une démarche de guérison. Le symptôme pourra peut-être partir mais si l’on a pas fait un vrai travail autour, tôt ou tard le message réapparaîtra sous la même forme ou une autre forme.

GUERIR PASSE PAR UNE ACTION

2- Pour guérir, nous devons entrer dans une vrai démarche qui passe par l’ACTION. Une action GLOBALE (à la fois physique, psychologique, comportementale et spirituelle) tournée vers notre incarnation et ouverte à notre conscience. Et c’est vrai que ça demande des EFFORTS. Des efforts consentis et soutenus pour progressivement préserver et sortir notre incarnation de la déchéance douloureuse de sa matière.

GUERIR C’EST ACCEPTER ET AIMER LA SOUFFRANCE, NOTRE MESSAGER

3- Guérir c’est aussi accepter la souffrance comme un CHEMIN D’ACCES A LA CONNAISSANCE. Nous ne pouvons pas entrer dans un combat contre la souffrance ou la maladie sous peine d’en perdre le SENS (l’origine et la raison d’être). Nous devons l’ACCUEILLIR, l’ACCEPTER et même l’AIMER en tant que MOYEN DE CONNAISSANCE et de RENOUVEAU. Ne pas l’accueillir c’est comme insulter ou frapper le facteur (le messager) qui vient t’apporter ton courrier. Et dans le courrier qu’il t’apporte il y a LA SOLUTION pour ne plus souffrir. En fait, quand tu te ferme à ta souffrance ou que tu essayes de la faire taire par des médicaments anti-douleurs par exemple, c’est comme si tu empêchais (de manière plus ou moins violente) le facteur de te livrer cette lettre. Dommage n’est ce pas ? C’est pourtant ce que l’on fait tout le temps.

Alors, tu vas me demander comment on fait pour accueillir et aimer cette chose qui fait mal ? Eh bien la solution passe par tous les outils que tu (ta conscience) as à ta disposition à savoir : ton corps, tes émotions, tes pensées.

LES SOLUTIONS CONCRETES :

1- LA DETENTE PHYSIQUE

La première chose à faire lorsqu’on a mal ou qu’on est malade, et c’est en général l’inverse qu’on fait parce que la douleur ça crispe naturellement : c’est de se DETENDRE PHYSIQUEMENT. Essayer de relâcher le plus de muscles possibles, de laisser sa matière fondre et s’ouvrir. On va poser notre attention sur la présence de notre respiration. On va l’aider de manière volontaire à induire le relâchement physiologique par l’harmonisation de notre système neurovégétatif (le système nerveux qui calme ou qui stress) en inspirant tranquillement et expirant longuement avec douceur. Cette attention posée sur notre relâchement tissulaire va nous permettre d’entrer dans une sorte d’état méditatif. Il nous permettra de laisser à la douleur toute la place pour s’exprimer. Un cheminement propice à la non douleur et à la suite du programme. 

2- LA DETENTE MENTALE : LA CONFIANCE

La deuxième chose à faire c’est de se DETENDRE MENTALEMENT. C’est à dire d’offrir suffisamment de CONFIANCE à ses pensées pour arriver à leur faire comprendre que « tout va bien , je ne suis pas en danger, je ne vais pas mourir maintenant et même si c’est le cas, je rejoindrais la paix infinie de toute façon. Ce que je vis là est PROVISOIRE, car rien ne dure. Ce que je vis là m’apporte l’EXPERIENCE NECESSAIRE pour APPRENDRE ». Entrer dans cette expérience et cette confiance là, aidées par le relâchement du corps, nous mène à la troisième étape vers la guérison.

Une chose que j’ai remarqué et qui se confirme un peu plus à chacune de mes expériences douloureuses. Celles-ci m’apportent TOUJOURS un RENOUVEAU dans ma vie. Comme si le cycle de souffrance relançait le cycle de bien-être dans un sens exponentiel. Et en fait je crois que c’est ça. La vie est une suite de cycle : jour/nuit, veille/sommeil, inspiration/expiration, cœur qui se contracte et qui se relâche, été/hiver. SAVOIR que tout est cyclique, que tout à une raison d’être pour le meilleur aide beaucoup à ACCEPTER ce qu’on traverse.

3- APPRENDRE DU MESSAGE DOULOUREUX

La troisième chose à faire c’est de se laisser porté par le message de la douleur. La douleur étant, à mon sens, la manière qu’à notre conscience non entendue par le mental de s’exprimer. Car ce message porte le point d’ORIGINE de ta souffrance et donc LA SOLUTION pour en sortir. Parce que toutes les souffrances ou maladies sont issues d’expériences de vie non digérées, restées figées, bloquées à cause de leur violence physique ou psychologique, de leur répétition ou de la manière insidieuses et non claires dont elles ont été induites (manipulation mentales par exemple).

Pour se laisser porter par le message de la douleur il suffit de méditer dans un relâchement corporel suffisant en s’ouvrant à tout ce qui vient : dans la sensation, dans l’émotion et dans la pensée. Cet état méditatif qui s’appui sur la souffrance est une formidable source de connaissance de soi. Maintenant lorsque je souffre ça me fait presque plaisir (non non je ne suis pas maso !) car je sais qu’en ressortira un vrai sens, une vrai connaissance et un renouveau dans ma vie. Et plus j’avance dans ma relation intime à moi et à ma conscience divine moins la souffrance dure et moins elle est intense. Mais je sais que j’ai encore un long chemin à parcourir avant d’arriver à ne plus avoir besoin de souffrir pour comprendre et me relier.

Lorsqu’on accède à la compréhension de l’origine de la maladie ou de la souffrance, qu’on prend conscience, c’est comme si on reliait notre incarnation à notre essence consciente. Tout se remet à sa juste place et l’ensemble s’apaise. C’est l’union entre son incarnation, sa conscience et l’Univers. Tout est aligné.

4-  STIMULER L’ENERGIE POSITIVE PAR L’EMOTION ET LA GRATITUDE

Les émotions qui accompagnent la souffrance ou la douleur, le plus souvent sont la peur, la colère et la tristesse. Le rejet de cet état douloureux fait aussi souvent partie de cette expérience. Rarement la joie, rarement l’accueil ou la gratitude. Et pourtant, ces deux paramètres sont parties intégrantes de la stimulation de notre autoguérison. L’émotion de joie ainsi que la gratitude (prendre conscience de l’utilité de cette expérience et remercier l’Univers pour ça), ouvre à une énergie vibratoire qui induit un fonctionnement optimisé de toute notre matière. Car l’émotion et le sentiment qui en découle sont les interfaces entre notre matière et l’énergie vibratoire de notre conscience. En Epigénétique, on apprend que l’environnement et notamment l’environnement émotionnel a un impact puissant sur l’état de nos cellules et de notre ADN. La joie et les pensées positives qu’elle entraîne (et réciproquement) aura donc une influence très importance sur votre état de santé.

Alors tu l’auras compris, en traversant cette épreuve, et après avoir relâché ton corps, tes pensées, écouté le message de la douleur, tu entreras dans une démarche pour stimuler ta joie. Pour se faire, accueillir l’expérience non pas comme une punition mais plutôt comme une manière d’apprendre, de te renouveler, d’avancer et au bout du compte d’accéder à plus de bonheur, t’aidera à entrer dans une nouvelle compréhension, une nouvelle manière de percevoir ta douleur. Tu ne subiras plus, tu apprendras de ton expérience. Tu apprendras progressivement à accueillir tes vécus avec gratitude et de cette gratitude naîtra la joie et la guérison.

Pour conclure

Voilà, tu comprends maintenant pourquoi la guérison n’est pas si simple. Mais comme je te le disais plus haut, au fond, tous nos chemins de vie mènent à la lumière. Il y a la manière passive (lorsqu’on ne cherche pas à s’élever, qu’on se pose en victime, qu’on remet tout notre pouvoir guérisseur dans la mains d’autrui (médecins, guérisseurs, thérapeutes…) et là je crois qu’on souffre plus. Et il y a la manière active qui nous porte à rapprocher de plus en plus notre incarnation matiérée de notre Soi conscience. Ce n’est pas facile, ça demande du temps, de la persévérence et du travail (la méditation est vraiment un incontournable pour ce travail là. pour accéder à une méditation dédiée à la guérison quantique c’est ici). Ca demande aussi suffisamment de lâcher-prise et d’ouverture d’esprit pour s’offrir des croyances nouvelles, d’autres possibles… mais ça a le mérite de donner du sens à nos souffrances,  de progressivement nous guérir et au bout du compte à nous permettre de traverser la vie dans une conscience apaisée et heureuse. 

Claire SMIDA.

Si vous désirez échanger et vous ouvrir à plus d’infos autour des sciences quantiques, de la spiritualité, du corps messager de l’âme, de l’éveil à la conscience, de l’intelligence corporelle et émotionnelle, de la loi d’attraction, de l’épigénétique, du pouvoir de la pensée, des synchronicités, de l’énergie vibratoire… je vous invite à vous inscrire sur les groupes ClaireReLience, conscience quantique, spirituelle et corporelle et PSYCHORPS, le corps intelligent pour s’épanouir.

Si cet article vous plaît, merci de le partager 

logo clairerelience coeur3 plus fin RGB

 

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Tpe : Echographie et grossesse |
Harmonieaunaturel |
Petitchevalpourungrandage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lamenageredemoinsde50ansmai...
| Rallyesantecitoyennete2015
| Cinéole